[RÉFLEXIONS] La sororité

Le mot sororité est tombé aux oubliettes de la langue française. Preuve en est, il est souligné en rouge sur les logiciels de traitement de texte et automatiquement corrigé en « sonorité » par nos téléphones. Il est pourtant plus que jamais nécessaire et d’actualité.

Histoire de la solidarité au féminin

Sororité (n. féminin …encore heureux) : attitude de solidarité féminine.

Définition Larousse

Pour ceux qui ont oublié leurs cours de latin, l’étymologie de ce mot vient de soror qui signifie soeur ou cousine. Moins connu que son pendant masculin, la fraternité, il n’est cependant pas nouveau. On parlait déjà de sororité pour désigner des communautés de religieuses au Moyen-Âge. Ce mot disparaît ensuite des écrans radars pour resurgir dans les années 70. Aux États-Unis, les filles accèdent aux études supérieures et vont créer des « sororités » puisqu’elles ne sont pas admises dans les « fraternités », c’est-à-dire les confréries masculines. L’idée de groupes de femmes poursuit son chemin avec le mouvement qu’on appelle « la deuxième vague du féminisme ». Le terme sororité est alors utilisé par l’autrice et activiste Kate Millet et popularisé à travers des sloggans comme « sisterhood is powerful » (« la sororité donne du pouvoir »).

Illustration de @valerylemay

Si ce terme revient aujourd’hui sur les devants de la scène médiatique, c’est grâce à #MeToo, mouvement sororal par excellence. Alors que des femmes prennent la parole sur les réseaux pour dénoncer des faits de harcèlement, d’agressions sexuelles et de sexisme, d’autres se sont mises à encourager ces témoignages et à partager leur expérience en disant « moi aussi« . À travers #MeToo, les femmes se sont réunies, se sont fait confiance et se sont soutenues les unes les autres à travers la planète.

« Le mouvement MeToo c’est vraiment cette idée que moi aussi, ça m’est arrivé. Il y a un jeu de miroirs : ce que je vois dans l’autre femme, comme soeur, je la vois chez moi. C’est une sorte d’union dans la désunion. »

Bérengère Kolly, maîtresse de conférence en philosophie de l’éducation.

L’ère post #MeToo, celle de la sororité ?

Les modèles de solidarité au féminin sont rares et n’ont aucune commune mesure avec leurs équivalents masculins. Notre culture est marquée par de grandes histoires d’amitiés masculines (Batman et Robin, Tintin et le capitaine Haddock) et de rivalités féminines (Cendrillon contre ses belles-soeurs, pour n’en citer qu’une).

Une de la revue Soror

Aujourd’hui, la tendance change doucement. Elle doit changer. On est entré dans l’ère post #MeToo, celle où les femmes ne sont plus des rivales, celles où elles cessent de s’en prendre les unes aux autres, celles où elles considèrent qu’elles sont « dans la même équipe », qu’elles doivent se soutenir. Cette ère, Chloé Delaume y croit profondément. Elle en parle d’ailleurs très bien dans son livre plein d’espoir intitulé Mes bien chères soeurs. Elle défend également la sororité au micro de Lauren Bastide, dans l’épisode 48 du podcast La Poudre.

« Si on soutenait toutes, si on se faisait plus mal, si on se mettait toujours, avant d’agir, à la place de celle d’en face ? Puisque la société nous barre la route, si nous, pour compenser, on se tendait toute la main ? Imaginez comme tout changerait. Imaginez, deux secondes, le pouvoir qu’on aurait. »

Lauren Bastide, créatrice du podcast La Poudre

Alors bien sûr, ériger la sororité comme valeur absolue c’est difficile. Ça veut dire faire preuve de sororité envers toutes les femmes. Même les méchantes, les racistes, celles qui sont contre le féminisme. Toutes. C’est utopiste, mais pourquoi pas ?

La sororité est une attitude. Ne jamais nuire volontairement à une femme. Ne jamais critiquer publiquement une femme, ne jamais provoquer le mépris envers une femme.

Extrait de « Mes bien chères soeurs » de Chloé Delaume

Si on en croit Chloé Delaume, la recette n’est pas si compliquée. Ça demande juste de faire un effort. Un petit effort qui aura, on l’espère, un impact conséquent sur la société et l’égalité hommes-femmes.

Pour tirer le fil et aller plus loin :


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s