[LIVRE] Sorcières, la puissance invaincue des femmes – Mona Chollet

L’introduction présente les sorcières, ces femmes indépendantes, savantes, puissantes, qui ont été chassées entre le VXe et le VXIIe siècle. Un gynocide impossible à estimer précisément, qui a tué entre cent mille et un million de femmes, et sans lequel le monde d’aujourd’hui serait sûrement bien différent.

« La sorcière » par la talentueuse illustratrice Diglee.

Mais l’évocation des sorcières n’est qu’un prétexte de l’auteure pour parler des humiliations que subissent les femmes et du poids des normes sociales qui pèsent sur elles (mariage, maternité, culte de la jeunesse, etc.).

La lecture fait un choc, tant on a tendance à minimiser, en tant que femme, ces règles et ces normes qui nous limite inconsciemment. Depuis toute petite, nous sommes biberonnées à la romance, à la recherche de l’amour. Et pour cause, comment pourrait-on réussir notre vie sans un prince charmant, un mari ? Quelle femme voudrait devenir « une vieille célibataire à chat » (belle évocation de la sorcière, soit-dit en passant) ?

« Parmi les accusées de sorcellerie, on relève une surreprésentation des célibataires et des veuves, c’est-à-dire de toutes celles qui n’étaient pas subordonnées à un homme. »

Ah, et pour réussir sa vie et « être une femme complète », il faut aussi être mère. La femme volontairement sans enfants n’étant qu’un rebut de la société considérée par tous comme profondément égoïste. Parce qu’on a un utérus, il faudrait qu’on s’en serve absolument. La contraception, c’est ok, mais pas pour ne pas avoir d’enfants, pour en avoir QUAND on veut.

Toutes ces normes nous feraient presque oublier le plus important : on peut aimer l’amour, les hommes et les enfants, MAIS vouloir faire ce qu’on veut de notre vie et de notre corps. D’autres voies d’épanouissement sont possibles pour les femmes. On devrait pouvoir choisir de faire comme bon nous semble, sans que ces choix nous soient durement reprochés par la suite.

Ce livre est un véritable bouclier face à la pression sociale, celle qui, sous la forme d’une connaissance bienveillante, te dis que « tu as encore le temps, ça va venir plus tard » quand tu dis que tu ne penses pas au mariage ni aux enfants. Une lecture passionnante et très documentée que je conseille absolument.

En lien :

Disponible sur le site éthique lalibrairie.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s